Trouver votre logement

Ma recherche

Rencontre avec Olivier Ader, Directeur de l'immobilier d'entreprise de Belin l'Immobilier

Mardi 10 Décembre 2019

« Ma mission : structurer et développer les opérations en Immobilier d’entreprise chez Belin l’Immobilier »

L’arrivée de l’expert Olivier Ader au poste de Directeur de l’Immobilier d’Entreprise va permettre à la société de passer un nouveau cap dans son développement. Son ambition : orchestrer et dynamiser cette compétence qui fait partie de l’ADN de la société.

1/ Belin l’Immobilier dispose déjà de nombreux actifs en immobilier d’entreprise. Pouvez-vous nous les présenter ?

Marc Belin a toujours développé une véritable appétence pour le commerce et les sujets d’immobilier d’entreprise. Ce qui le différencie des autres opérateurs immobiliers, c’est cette approche historique de « promoteur-investisseur ».

L’immeuble de la FNAC à Toulouse Wilson est certainement une de ses opérations les plus emblématiques. Son inauguration en 1991 est le fruit de la restructuration d’une cinquantaine de boutiques qu’il a dû racheter une à une pour aujourd’hui proposer un volume commercial de plus de 5 000 m2 en plein cœur de Toulouse. Il s’inscrivait déjà dans la volonté d’aménagement de la municipalité qui souhaitait créer sur cette place un centre de vie dynamique en vue de la création de la station de métro Jean Jaurès et du lancement de la ligne A en 1993 !

Actuellement en chantier, au cœur de Bordeaux, Belin l’Immobilier réalise l’opération Palais Gallien Fondaudège - Marie Brizard Héritage. Un projet immobilier mixte de plus de 11 600m² comprenant 94 appartements haut de gamme, une moyenne surface alimentaire sous enseigne Carrefour Market (dont l’ouverture est prévue en 2020) ainsi qu’un incubateur de start-ups, Hemera, déployé sur environ 1600m² dans l’ancienne halle d’embouteillage dont la structure de type Eiffel a été conservée et mise en valeur. La famille Belin reste propriétaire de cet espace qu’elle a réhabilité en respectant l’esprit du lieu et son histoire. Palais Gallien Fondaudège illustre la conviction de la famille Belin sur les sujets patrimoniaux : ne rien s’interdire et avoir l’audace de mener des projets complexes qui vont laisser une trace dans le paysage urbain.

2/ Vous êtes présents dans les centres villes et aussi dans les Zones d’Aménagement Concertées (ZAC), comme à Toulouse- Borderouge. Expliquez-nous ces choix.

En effet, la galerie commerciale des Maourines est un autre actif important de la famille Belin, aux côtés de son co-investisseur Carrefour Property, foncière du distributeur éponyme. Belin l’Immobilier a réalisé plus de 270 logements au-dessus de la Galerie marchande avec son programme immobilier résidentiel l’île ô jardins et achève actuellement les travaux de GreenView, la dernière résidence du site.

Ce projet est particulièrement signifiant sur ce que l’on attend de nous, à savoir pouvoir imaginer, développer et gérer des projets mixtes où nous travaillons en étroite collaboration avec les aménageurs et les décideurs publics. Il éclaire aussi sur l’avantage de notre double casquette de « promoteur investisseur» qui impose une implication et une exigence forte dans notre démarche globale de développement.

3 / Un projet patrimonial récent souligne la forte ambition de la famille Belin. Quel est-il ?

L’ambition est de faire l’acquisition d’immeubles ou de commerces de qualité, au cœur des villes et des métropoles, sur des emplacements premium. Il y a deux mois, nous avons fait l’acquisition de l’immeuble situé au 16 rue Gabriel Péri et occupé par la Direction Informatique de la Banque Postale, à 100 mètres de la station de métro Jean-Jaurès. Une opération patrimoniale majeure d’un immeuble de 6 000 m2 auquel s’ajoutent 200 places de stationnements souterrains.

Mon action va notamment consister à porter cette ambition patrimoniale de la famille Belin, dans les villes du Grand Sud-Ouest et aussi pourquoi pas hors de nos frontières habituelles.

4/ Quelle est votre feuille de route pour structurer le segment de l’immobilier d’entreprise?

La société souhaitait organiser ce segment d’activité qui s’avère un cheminement logique pour accompagner son développement.

Jusqu’alors, la Direction Générale et les directeurs d’agences coordonnaient directement les sujets bureaux et commerces au sein des projets mixtes de promotion à dominante résidentielle. Mon arrivée leur permet d’avoir un référent sur ces typologies de produits et ainsi pouvoir proposer une vision plus globale des projets.

Dès les phases de consultations, je serai à leurs côtés dans le cadre des réponses aux dossiers de concours afin d’imaginer ensemble des espaces commerciaux et professionnels qui s’adaptent aussi bien aux besoins des enseignes qu’aux attentes des collectivités pour structurer le tissu commercial en cohérence avec le lieu et les besoins des habitants.

Je suis également en charge du sourcing, c’est-à-dire la recherche et l’analyse foncière des opportunités dans le neuf et dans l’ancien. Nous souhaitons opérer sur l’ensemble de la chaine de création de valeur, du montage à la commercialisation en passant par la valorisation quotidienne de nos actifs.

La plus-value de l’entreprise réside dans cette liberté à pouvoir imaginer et créer des montages selon les demandes des clients ou des villes. Pouvoir s’appuyer sur la souplesse et l’agilité d’une structure telle que Belin l’Immobilier est pour moi une grande force.

5/ Pour conclure cet échange, comment vous positionnez-vous vis-à-vis des collectivités en tant que « promoteur-investisseur » ?

Notre volonté est d’être en phase avec l’évolution des programmes d’aménagement, toujours plus mixtes, et le besoin des décideurs publics à disposer de partenaires constructifs sur ces enjeux urbains. Les décideurs publics attendent des promoteurs un soutien et une expertise sur les la place future des commerces et des bureaux dans la cité, en lien avec l’évolution des modes de vie, de travail, de consommation et les grandes mutations sociétales auxquelles nous assistons. Il nous faut pouvoir leur répondre efficacement, y compris sur les enjeux de requalification urbaine, qui vont gagner en importance.

Si l’on parle strictement des projets commerciaux, leur cycle programmatique est souvent long. Il y a alors des décalages qu’il faut savoir anticiper, des adaptations à défendre et à réaliser au fil de l’eau, pour éviter d’être anachronique au moment de commercialiser l’espace. L’agilité est là aussi une priorité.

Ce sont tous ces savoir-faire, que le Groupe Belin possède et qu’il nous faut mettre en lumière aujourd’hui.

Recherche de terrains à bâtir

Vous avez un terrain constructible ou une propriété bâtie ?
Faites-vous accompagner par nos experts fonciers et recevez une estimation gratuite !
Notre métier : développer des projets en harmonie avec leur environnement, respectueux du patrimoine existant.